Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Je vais vous présenter les différentes étapes qui m’ont amené à devenir énergéticien en relaxation profonde.
Vous vous sentez attiré par ce type de pratique ?

Un praticien qui vous correspond

Prenez le temps de connaitre la personne que vous allez voir. Choisissez un praticien qui vous correspond, avec lequel vous vous sentez en confiance.

Afin de vous permettre de mieux me connaître, je vous raconte ci-dessous mon cheminement personnel.

Mon cheminement pas à pas

Planter une graine

Dès mon enfance, j’ai été sensibilisé à des pratiques de santé alternatives. J’étais soigné en priorité par l’homéopathie. La majorité de mon alimentation était d’origine « bio ». À ce moment-là, ces sujets ne m’intéressaient pas particulièrement. Cependant, la graine était plantée.

Tout dans la tête

Durant le collège et le lycée, j’étais très centré sur une approche matérialiste et intellectuelle. Pendant cette période, j’étais très fortement coupé de mes émotions et de mes ressentis physiques.
C’est durant mes études d’ingénieur que j’ai commencé à percevoir la limite de ces approches, que je qualifierais aujourd’hui de dogmatiques.

Environnement et Écologie intérieure

Comme je suis d’un naturel curieux, ces années ont été très riches pour moi. En effet, je suis passionné depuis bien longtemps par les questions de santé.De la santé au sens large.
Voici le cheminement de mes recherches durant cette période. Je me suis intéressé :

  • aux pollutions environnementales industrielles : extraction de minerais, énergie fossile, agriculture : production de viande, monoculture…
  • à l’hygiène de vie : alimentation, compatibilité alimentaire, lait/gluten, eau, et autres nourritures subtiles…
  • aux pratiques de santé complémentaires : pratiques de relaxation, communication, comment être apaisé dans mon rapport à moi-même et aux autres ? Homéopathie, Masaru Emoto et l’effet de notre intention sur l’eau, Fritz-Albert Popp et les émissions lumineuses de nos cellules vivantes…

Ces trois thématiques peuvent être associées chacune à une question, une pensée et des émotions :

1.Quels sont les impacts de notre mode de vie sur la nature ?
Pensée : Comment changer le monde ?
Émotion : Tristesse, colère

2.Comment se nourrir sainement dans cette nature perturbée ?
Pensée : Est ce que ce qui est dans mon assiette est bon pour moi ?
Émotion : enthousiasme et culpabilité

3.Comment une nouvelle hypothèse peut offrir une autre vision de la santé ?
Pensée : Pourquoi pas ?
Émotion : acceptation et expérimentation (même si ce n’est pas une émotion)

Permaculture – Les mains à la Terre

En parallèle de ce cheminement « mental »,j’ai également expérimenté différente pratique. J’ai commencé par un stage en permaculture (très lié au point 1). J’ai vraiment pris contact avec la matière lors de cette expérience : avec la terre et la paille en particulier. Car c’est ce que nous utilisions pour l’éco-construction.

La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est qu’information.
Albert Einstein

La permaculture a une approche très globale qui m’a plu : rapport de l’humain avec la nature, organisation et prise de décision horizontal, communication bienveillante.
Ce stage a aussi été ma première expérience de vie collective : vivre avec 20 personnes qui ne se connaissent pas durant 15 jours. J’en ai retiré un enseignement : il y a un gouffre entre la théorie et la pratique, en particulier pour la communication bienveillante.

En paix avec soi-même

Est-il possible d’écouter l’autre si je ne sais pas m’écouter moi-même ?
Pour que la communication et la vie collective soient paisibles, il est fondamental d’avoir des individus en paix avec eux-mêmes. Apprendre à s’écouter et à prendre soin de soi est le premier prérequis.

Reiki – Méditer, écouter et ressentir

Une année plus tard, j’ai participé à un weekend d’initiation au Reiki 1er degré (il y a 5 degrés au Reiki).

Le Reiki est une pratique de méditation traditionnelle du Japon. Avant d’être une pratique de soin, c’est un chemin spirituel. C’est-à-dire qu’elle amène les pratiquants à développer paix et bonheur.

En pratique, le Reiki est avant tout une pratique de méditation. Nous portons notre attention vers nous-mêmes et écoutons nos ressentis dans les différentes parties du corps. Ensuite, c’est également une pratique de relaxation par imposition des mains. Nous portons notre attention vers nos mains et donc vers la personne à qui nous «donnons du Reiki».

Après avoir effectué le 1er degré, j’ai pratiqué durant quelques mois. J’ai fait quelques échanges de séance Reiki. Cependant, je n’ai fait qu’une séance Reiki à une personne de mon entourage. J’avais eu un bon retour, une bonne relaxation.

Pourtant, je ne me voyais pas proposer des séances Reiki« payante ». Peut-être en raison de l’origine japonaise de la pratique et de l’approche “spirituelle”. Peut-être simplement car je n’étais pas prêt à l’époque.

Existe-t-il des pratiques similaires avec une approche plus « occidentale » ?

Naturopathie éclaire

Durant cette même période, j’envisageai de suivre une formation en naturopathie. J’ai ainsi suivi un cours d’iridologie pour voir… Je n’ai pas poursuivi car je trouvais l’approche très intellectuelle : analyse, solution…
Ce n’était pas ma voie du moment. Sur ce plan, le Reiki était beaucoup plus en résonance avec ce que je recherchais. Je n’ai donc pas continué sur la voie de la naturopathie.

Synchronicité

Cependant, je n’avais pas perdu mon temps. Lors de cette formation, j’ai rencontré une personne, devenue une amie. Celle-ci m’avait alors suggéré une formation qui commençait deux semaines plus tard : un Diplôme universitaire intitulé « Les peuples traditionnels un regard pluridisciplinaire : cosmogonie, médecines traditionnelles, chamanisme, et relations aux plantes. »

Une autre vision du monde

Là, ça a été un feu d’artifice pour moi. Anthropologie,ethnologie, biologie, physique quantique : la formation était très théorique et cependant tout à fait passionnante. La médecine traditionnelle indienne ayurvédique était la seule à laquelle je m’étais intéressée jusque-là. Cette formation a donc été une période très riche en découvertes.
Je me suis ouvert à des sujets totalement nouveaux comme le « chamanisme » et les diverses pratiques liées à travers le monde.

Science et traditions

Il était aussi bon d’avoir un rappel sur toutes les observations scientifiques qui constatent les effets de diverses pratiques ancestrales. D’ailleurs, ces observations concernent aussi les pratiques énergétiques.

La personne qui a créé ce diplôme universitaire et un des participants m’ont parlé pour la première fois de la méthode Surrender.

Méthode Surrender

C’est ainsi que j’ai finalement suivi la formation :une pratique énergétique, avec des cours en physiologie et anatomie. Une approche scientifique et pragmatique, adapté à mon esprit ouvert mais encore un peu « cartésien ».

Pour en savoir plus :


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Article

Laissez votre avis